biographie Anne Collod

Anne Collod

english

Initialement diplômée en biologie et en aménagement des espaces naturels, Anne Collod est danseuse contemporaine et chorégraphe.

En parallèle à un parcours d’interprète auprès de différents artistes chorégraphiques (Pierre Deloche, Philippe Découflé, Fabrice Ramalingom et Hélène Cathala, Stéphanie Aubin), sa rencontre avec la cinétographie Laban (système d’écriture et d’analyse du mouvement, dont elle est diplômée en 1993) la conduit à s’intéresser à la recréation, à partir de partitions, d’œuvres chorégraphiques du XX° siècle et à co-fonder le Quatuor Albrecht Knust (1993-2001). Ce collectif d’interprètes recrée plusieurs pièces emblématiques, dont la pièce mythique de Vaslav Nijinsky, L’Après-midi d’un Faune.

En 2001, elle recrée plusieurs danses chorales allemandes des années 30, et continue en parallèle à collaborer avec divers chorégraphes (Boris Charmatz, Cécile Proust, Alain Michard, Laurent Pichaud).

A partir de 2003, elle poursuit un travail de réinterprétation d’œuvres chorégraphiques du 20e siècle en l’axant sur les « utopies du collectif ». Ce thème l’amène à fonder l’association …& alters , qui articule dans ses projets recherche, pédagogie et création, et l’incite à rencontrer la chorégraphe américaine Anna Halprin, pionnière de la danse post-moderne.
Elle débute alors un travail au long cours avec elle :
– participation au collectif d’improvisation à Sea Ranch (Californie) et aux performances françaises de la chorégraphe américaine (Festival d’Automne, Musée d’Art contemporain de Lyon, etc)
– projet Empreintes qui interroge les notions de partition et de processus comme supports de création et d’interprétation, à partir de l’une des œuvres majeures d’Anna Halprin (projet soutenu en 2005 par l’Aide aux Ecritures Chorégraphiques du Ministère de la Culture) ;
– réinterprétation in-extenso de Parades and Changes en dialogue avec Anna Halprin et Morton Subotnick (compositeur et co-créateur de la pièce de 1965) : créée en 2008 à la Biennale de la danse de Lyon, présentée au Festival d’Automne à Paris, parades & changes, replays est suivie en 2011 d’une nouvelle version parades & changes, replay in expansion, qui tourne depuis en France et à l’étranger. parades & changes, replays a été récompensée par un Bessie Award à New-York en 2010.

Anne Collod ouvre en 2010 une nouvelle phase de travail autour de la thématique des danses macabres et des liens entre les vivants et les morts.
Elle bénéficie pour l’année 2010-2011 de l’Aide à la Recherche et au Patrimoine du Ministère de la Culture et est lauréate du programme Hors les Murs de l’Institut Français/Ministère des Affaires Etrangères pour ce projet de recherche qui la mène au Mexique et au Japon, et lui permet de recréer une danse macabre allemande des années 30, la Danse Macabre du chorégraphe et pédagogue Sigurd Leeder.
Elle crée à l’automne 2014 une pièce issue de ces recherches, intitulée Le parlement des invisibles. Hantée par la Danse Macabre de Sigurd Leeder, cette pièce fait interagir archives filmées et actualisations dansées en direct et entrelace mémoire et fiction, poignant et grotesque pour célébrer la façon dont les disparus -êtres et œuvres- nous interpellent et nous mettent en mouvement.

Elle s’intéresse également à la création in situ, et a notamment présenté en 2007, (faire) cabane avec le designer et performeur Mathias Poisson, une proposition plastique et chorégraphique in situ pour un chœur d’amateurs et de matériaux, présentée dans différents festivals.

Elle prépare pour la saison 2016-2017 une nouvelle création, Exposure, proposition immersive chorégraphique, sonore et lumineuse qui interroge la notion d’échanges énergétiques entre une performeuse et un environnement industriel.

Elle est membre du collectif Dingdingdong -Institut de co-production de savoir sur la maladie de Huntington- qui rassemble des artistes, des chercheurs et des philosophes. Elle est créatrice du département danse au sein de l’Institut. Dingdingdong mobilise des pratiques et expertises multiples issues des arts et de la recherche en sciences humaines afin de se donner les moyens d’explorer la maladie de Huntington telle une planète encore en partie inconnue. Anne Collod est co-créatrice de la performance Bons Baisers de Huntingtonland, présentée à Rio de Janeiro en 2013 et aux Subsistances-Lyon en 2014.

Elle est par ailleurs diplômée de la méthode Feldenkraïs et est régulièrement invitée à enseigner dans différents lieux de formation (Université Paris VIII, CCN de Montpellier, CDC Toulouse, etc).

Anne Collod est artiste associée à la Briqueterie/Centre de Développement Chorégraphique du Val de Marne de 2014 à 2017.